[ BIG LITTLE LIES] De Desperate Housewives à Gone Girl !

Hello, hello, aujourd’hui on parle série ! Je dois dire, que je ne suis pas une mordue de série. House of cards, Game of thrones, Walking dead, je trouve souvent les saisons trop longues. Les histoires s’essoufflent et je perds le fil et l’envie.

Et puis des fois, je tombe sur l’avis d’une série, par-ci, par-là et sans même lire le synopsis, je me lance et enchaine tous les épisodes, d’un coup. Stranger things, 13 raisons why, Girl boss les saisons sont bouclées en 2-3 jours maximum, retrouvant mes mauvaises habitudes d’étudiante, me couchant à pas d’heure. Ramassant le lendemain … et le jour d’encore après; toute la semaine en fait !

Je dois dire que les séries que j’aime le plus, sont celles qui parlent de la vie, simplement. Des tourments, des problèmes, des aléas que nous pouvons, tous rencontrer.

J’aime le réel, le possible et suis assez vite dépassé par le fantastique (sauf pour Harry Potter je vous rassure !) . Que ce soit dans mes lectures, avec le récit d’histoires vraies. Dans l’art avec la photographie, plus, que la peinture. Ou même, si on pousse un peu, dans la musique. Je n’aime pas vraiment les sons arrangés / trafiqués et préfère le son d’une guitare, d’un piano et une voix pure.

Alors oui, je dois dire que je ne m’évade pas vraiment, mais c’est, cette réalité que j’aime, cette frontière si étroite avec la fiction.  J’aime comprendre la fragilité et la complexité des relations humaines, les déviances, les défaillances! (rah j’aurais dû faire psy, loupé !)
BIG LITTLE LIES, c’est exactement ça ! Des histoires d’hommes au sens large. Des moments de vie, que nous pourrions, tous vivre un jour. J’aime pouvoir me retrouver dans tel ou tel personnage. Me trouver des points communs, être sensibilisé sur un sujet ou encore me demander comment j’aurais réagi, dans cette situation. J’aime me poser des questions et essayer de comprendre comment on peut en arriver là.

SYNOPSIS : “Quand Madeline, Jane et Celeste se lient d’amitié par l’intermédiaire de leurs enfants, elles ne se doutent pas qu’elles vont se retrouver, des mois plus tard, au centre d’un tragique accident, survenu à la fête de l’école. Qui est mort ? Qui est responsable ? Et pour quelle raison ? Secrets, rumeurs et mensonges ne faisant pas bon ménage, tout l’univers de la petite ville de Monterey va être secoué de violents soubresauts.”

Trahison, viol et violence, désir obscure, éducation, frustration, image et place de la femme. Ces sujets sont traités simplement, brutalement pour certain, mais cela sonne juste, sans le côté “édulcoré“, que nous pouvons retrouver dans Desperate Housewives.

Au fil des épisodes nous en apprenons plus sur ces femmes, aux vies parfaites.
C’est une série qui parle du rôle de la femme, dans ces sociétés où richesse, apparence et faux semblant, sont les seuls mots d’ordre. La série raconte l’histoire de ces mères au foyer,  sous l’emprise de leur mari pour certaines, de leur désir d’émancipation et d’autonomie pour d’autres.

Certain la qualifie de féministe. Je l’aime encore plus !

Tiré d’un roman de Liane Moriarty, Petits secrets, grands mensonges et aux faux airs de Desperate Housewives, les personnages sont attachants, l’intrigue prenante et les épisodes sont très bien réalisés ! Avec de magnifiques décors plongés dans une lumière froide, presque terne les plans lents et les images furtives se mélangent parfaitement. La bande musicale est parfaite, avec Agnes Obel – Septembre ou encore Alabama Shakes – This Feeling, pour ne citer qu’eux.

Bref, je ne peux vous conseiller cette série.
Avec 7 épisodes seulement, la saison 2 serait en cours d’écriture, même si, personnellement, et pour une fois, ça ne m’aurait pas dérangé de terminer sur ces belles images de fin.
Alors, ça vous tente ?

With Love !

No Comments

Leave a Comment